La Polynésie Française veut investir 2 milliards d’euros dans un complexe touristique d’envergure

casino tahitiLe président de la Polynésie française, Gaston Flosse, a annoncé la construction d’un complexe touristique sur l’île de Tahiti le 19 juillet dernier. Ce projet d’aménagement concentré sur le littoral de Punaauia a finalement été remporté par Group 70, un cabinet d’architectes hawaïen qui a su convaincre le gouvernement local.

Le complexe portera un nom évocateur : le « Tahiti Mahana Beach Resorts& Spa ». Il comptera cinq hôtels de 3 à 6 étoiles, des cinémas, des boutiques de shopping, des terrains de sport, un parc aquatique, un casino, et un palais des congrès dont la structure s’inspire du tressage végétal polynésien. Malgré un budget prévisionnel plus élevé que celui de ses concurrents chinois et français, le cabinet hawaïen a pu séduire par la qualité des infrastructures.

Des innovations au luxe évocateur

Le cabinet d’architectes a prévu la construction d’une tour qui dominera le complexe qui s’étendra sur 52 hectares. Cette tour de 106 mètres de haut est inspirée d’une voile de pirogue polynésienne. Par ailleurs, le fameux complexe est situé idéalement, en face de l’île de Moorea. Cette situation privilégiée permettra d’admirer le coucher du soleil depuis le complexe.

Parmi les innovations fastueuses qu’apprécieront les clients, on peut citer les bulles de spa sous-marines qui s’ouvriront sur l’intérieur du lagon. Le projet a par ailleurs une portée écologique. En effet, les concepteurs ont prévu un système de climatisation SWAC par de l’eau froide tirée des fonds océaniques. Enfin, Group 70 a prévu un remblai de 3.6 millions de m³.

L’objectif du gouvernement polynésien est d’améliorer le séjour des touristes à Tahiti. Rappelons que cette destination de transit est très prisée, car elle permet de se rendre plus rapidement à Tuamotu, Bora Bora ou Moorea. L’économie polynésienne repose essentiellement sur le tourisme.

Cependant, le marché tend à s’essouffler à cause des attentats terroristes de 2001 et les crises économiques qui touchent de nombreux pays développés, dont la France. Chiffre éloquent : la collectivité ne compte plus que 173 000 touristes par an, contre 250 000 en 1999.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.